L' Union de la Maçonnerie et du Gros-Oeuvre (UMGO) est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Ensemble, bâtissons l'avenir !

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > >

OK

Edito

Bienvenue dans le « monde d’après »

Le 08 mars 2021
Il y a un an, nous entrions pour la première fois en confinement. La faute à un coronavirus, le SARS-CoV-2, plus connu sous le nom de la COVID 19. En à peine quelques semaines, ce grain de sable a bloqué tous les rouages de l’économie mondialisée. Tous ? Non ! En France, le bâtiment a tenu bon. Tel le village gaulois d’Astérix, le bâtiment résiste encore et toujours au microscopique envahisseur. Les entrepreneurs et les artisans ont démontré leur capacité d’adaptation et les chantiers ont rapidement redémarré. Bien épaulé par les dispositifs gouvernementaux, le secteur a sauvegardé ses emplois en dépit d’une chute historique d’activité et les entrées en apprentissage sont satisfaisantes.
Mars 2021 : l’activité est intense ; les tensions sur les matières premières font exploser le prix des matériaux comme l’acier ; l’effondrement des permis de construire commencent à se faire sentir dans les carnets de commande ; la concurrence s’exacerbe... Décidément, le « monde d’après » ressemble à s’y méprendre à celui d’avant ! A ceci près que les dernières décisions politiques vont rendre la construction plus complexe et plus coûteuse… Les pouvoirs publics prennent un pari risqué dans un pays où l’on construit à peine plus de 300 000 logements par an alors que la demande de logement social dépasse les 2 millions et que les besoins globaux restent forts.
A bien y réfléchir, notre « monde d’après » sera moins celui de l’après pandémie que celui de l’après RE 2020 (dont les arbitrages définitifs ne favorisent pas nos métiers, voir page X de ce numéro), celui de l’après loi Climat (et son objectif de zéro artificialisation nette) ou celui de l’après loi « économie circulaire » (avec un changement de paradigme sur la gestion des déchets). Autant d’orientations qui nécessiteront que les entreprises du pôle gros œuvre fassent preuve d’adaptation, de résilience et surtout, d’innovation.
 


Le 08 mars 2021